Bienvenu sur les 5 royaumes! JOYEUX ANNIVERSAIRE AU FORUM QUI FÊTE SES 1 ANS!!


Partagez|

[EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 140
Points par rp : 10688
avatar
Magicien errant
Nathaniel Gleams
MessageSujet: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway Dim 22 Fév - 11:48


La Magie est interdite à Grimway
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  
Un bruit courait, dans le royaume de Mislia. Ce bruit se répandait grâce aux miracles du bouche-à-oreille et effrayait tous les habitants. Cette nouvelle ne concernait pas leur royaume mais leur façon de vivre et ils ne comprenaient pas ce qui pouvait bien se passer dans le cerveau du monarque de Grimway. Car le bruit qui courait annonçait qu’un jeune garçon allait se faire brûler pour avoir commis le seul crime d’être né magicien dans ce puissant et influant royaume.  

Ce jour-là, Nathaniel attendait que ses domestiques lui servent son dîner dans la salle à manger. Dans la grande pièce bleue, il réfléchissait comme à son habitude aux énigmes qui lui présentait la vie et la magie. Selon l’habitude de la maison, Violette, la serveuse, apportait le plat au maître à 19 heures tapantes.  Or, Nathaniel attendait maintenant depuis dix minutes sans voir le moindre plat arriver. Commençant à s’agacer, il se leva de sa chaise et se dirigea à grands pas vers la cuisine. En posant la main sur la poignée de la porte, il sentit qu’il y avait un problème. Il rentra dans la pièce où planait un délicat parfum de viande rôtie. A son entrée, Violette et Gustave, le cuisinier de Nathaniel, se retournèrent vers lui en sursautant.
    « Seigneur ! Quelle heure est-il monsieur ? s’exclama Violette en portant ses mains à sa bouche.
    -L’heure à laquelle je devrais avoir commencé à manger, Violette, répondit Nathaniel, la fixant de son regard glacé. Que se passe-t-il pour vous perturber tant que vous m’oubliez ?
    -Nous discutions, Mlle Violette et moi-même de la triste nouvelle qui occupe toutes les bouches du royaume ces derniers temps, monsieur, s’excusa Gustave. Nous n’avons pas vu le temps passer… Le Seigneur soit loué, votre repas n’est heureusement pas brûlé !
    -J’aurais tendance à dire que c’est heureux pour vous, Gustave. Et, maintenant que je me suis dérangé, pourrais-je au moins savoir de quoi il retourne ? »
Les deux domestiques échangèrent un regard gêné. 
    « Eh bien, allez-vous me dire ce qu’il se passe ? insista Nathaniel, impatient.
    -On dit qu’un procès va avoir lieu à Grimway, monsieur, commença Gustave en se tordant les mains de gêne. Un jeune garçon va être jugé pour être né magicien, monsieur. 
    -Pardon ? murmura Nathaniel dans un souffle, les yeux écarquillés par la surprise. 
    -Le procès se déroulera demain, à la première heure. 
    -Et vous ne comptiez pas m’en parler ? demanda Nathaniel en promenant ses prunelles bleues sur ses domestiques. 
    -Nous pensions que vous étiez déjà au courant, monsieur, reprit Violette. Tout le monde est au courant à Milsia. Notre roi a même tenté de faire changer d’avis William de Grimway mais sa tentative s’est soldée par un échec. Ce garçon risque fort d’être brûlé… 
    -J’irai assister au procès, décida Nathaniel.
    -Vous n’y pensez pas monsieur ! S’ils apprennent que vous aussi êtes un magicien, vous serez également brûlé ! 
    -Je ne risque rien, je suis déjà allé à Grimway plusieurs fois et je m’en suis toujours sorti. 
    -Je vous en conjure monsieur ! N’y allez pas !
    -Votre attachement me touche, Violette, mais je dois y aller. C’est à un de mes frères qu’ils s’attaquent. Je dois tenter quelque chose pour le sauver. Maintenant, apportez-moi mon dîner. »
Nathaniel rejoignit la salle à manger tout en réfléchissant. Comment sauver ce garçon ? Avait-il assez de pouvoir pour qu’il tente de se sauver lui-même ? Le magicien secoua la tête. Il devait mener l’enquête au plus vite.

Une fois son repas fini, Nathaniel monta dans son observatoire et activa sa boule de cristal d’un geste de la main.
    « Montre-moi le garçon prisonnier du roi de Grimway, murmura-t-il. »
Aussitôt, la boule devînt une fenêtre sur le monde. Dans une explosion de couleur chatoyante, le paysage d’Isilir que Nathaniel explorait précédemment changea pour un château de pierre blanche. Comme à travers les yeux d’un oiseau invisible, Nathaniel commanda l’image avec son esprit. Il survola la cour tout en cherchant des ondes magiques qui pourraient avoir comme source l’enfant. Un mince filet de magie, invisible aux yeux de simples humain et que les magiciens pouvaient voir en plissant les yeux, ondoyait dans la brise du soir. Il semblait avoir comme source le sol. Nathaniel ordonna à la vision de plonger à travers. Il déboucha à travers le plafond d’un couloir et tomba nez à nez avec un garde. Nathaniel eu un mouvement de recul, surpris par l’homme en armure. Mais ce dernier ne pouvait pas le voir puisque Nathaniel n’était pas vraiment là, dans ce couloir souterrain et mal éclairé. Suivant le filet de magie, Nathaniel parcouru le couloir jusqu’à une suite de cellules. Dans la dernière d’entre elle se trouvait un jeune garçon, enroulé dans un bout de tissu crasseux qui devait lui servir de couverture. Il était enveloppé dans un halo de magie banc terne. Nathaniel abandonna son intense concentration qui l’aidait à voir les ondes magiques et se concentra sur le garçon. Le halo blanc terne signifiait que le garçon avait des pouvoirs peu puissants. Il ne pouvait pas s’en servir pour s’échapper. De plus, il paraissait très maigre. Ce n’est pas grâce à sa force qu’il s’en sortira. Mais, sa petite taille lui offrait une grande agilité et les être les plus désespérés étaient ceux qui avaient le plus de ressources. Nathaniel commanda l’image pour quel fasse le tour des couloirs des cellules. Il détecta trois gardes qui étaient en permanence autour de la cellule et un autre qui faisait le tour des étages. De plus, toutes les portes étaient fermées ainsi que les grandes portes du château. Le libérer ne serait pas une partie de plaisir. Pourtant, Nathaniel ne pouvait se résoudre à le laisser ainsi. Mais il ne pouvait plus rien faire pour le moment, sinon dormir et assister au procès le lendemain. Il se leva, éteignant la boule d’un geste et descendit dans sa chambre. Pourvu qu’il soit jugé innocent…

Le lendemain, Nathaniel se leva aux aurores. Il s’habilla avec une tunique en peau de renard et un pantalon en cuir de vache. Grâce à la magie, il changea leur couleur de façon à être habillé de noir. Il enfila sa cape de biche préférée et empoigna son fidèle sceptre. Il sortit de sa chambre et se plaça au centre de l’étoile que formait l’étage de la maison. Il le va son sceptre et prononça « Transportare ego villaticus Grimway ! » Dans un éclair bleu, il se volatilisa. 

Au rez-de-chaussée, Violette leva la tête en entendant l’incantation. Ses beaux yeux violets s’agrandirent d’effrois à la seule idée que son maître se fasse tuer. Pourtant, elle ne pouvait rien faire, à part prier la terre mère pour le salut du garçon et pour que Nathaniel revienne sain et sauf. 

Nathaniel se matérialisa dans une petite ruelle du village de Grimway. Son apparition soudaine fit voler la poussière. Il enveloppa son sceptre dans sa cape et se dirigea vers la rue principale. L’effervescence inhabituelle en ces lieux démontrait que quelque chose de grave était en train de se produire. Des personnes de tous les royaumes parcouraient la grande rue en direction du château. Le brouhaha que la foule provoquait était assourdissant. Nathaniel se fraya un chemin dans cette masse de personnes et suivi le mouvement. Arrivé à la hauteur des remparts, des gardes filtraient les visiteurs. Seules les personnes invitées semblaient pouvoir passer. Elles étaient munies d’un papier liseré de rouge et d’or. Nathaniel, ne perdant pas son sang-froid, repéra un homme à son niveau qui lui ressemblait vaguement. Il devait lui aussi venir de Mislia à en juger par ses habits en peau de bête et sans trop d’ornements et son chapeau sur lequel était enfilée une feuille d’érable. Il tenait dans sa main le coupon qui lui permettrait d’assister au procès. Nathaniel invoqua un subtil coup de vent. Son sceptre répondit à son appel muet et se mit à briller sous sa cape. Aussitôt, le vent se leva et s’engouffra dans la foule. Tous les objets qui offraient une prise au vent et qui n’étaient pas tenus s’envolèrent brusquement. Le chapeau de la victime de Nathaniel ne fit pas exception et s’éleva dans les airs. L’homme surpris, tenta de retenir son chapeau mais son coupon s’envola à son tour. Nathaniel reprit le contrôle sur le vent et le fit changer de sens. Le coupon fit un virage vers la droite, tout droit sur Nathaniel qui l’attrapa discrètement, tout en ayant l’air aussi surpris que les autres personnes de ce brusque courant d’air venu de nulle part. Armé du billet qui lui offrait l’entrée au procès, il s’avança vers les gardes :
    « Votre billet monsieur.
    -Le voici mon brave, dit Nathaniel d’une voix ampoulée tout en relevant la tête de façon majestueuse et en tendant son coupon. Comment se fait-il qu’il y ait autant de populace ici ? C’est tout simplement scandaleux !
    -Monsieur de la Hautemarre ? lut le soldat sur le coupon. Nous sommes ravis de vous accueillir au château de Grimway. Veuillez nous excusez mais c’est justement pour éviter l’intrusion de paysans que nous avons distribués ces coupons. Vous pouvez passer. Une fois dans la cour, des rafraîchissements vous seront servis. Le procès se déroulera dans la salle du trône du roi de Grimway. 
    -Fort bien, fort bien. Je vous souhaite bien du courage pour la suite de votre journée.
    -Merci beaucoup monsieur. »
Nathaniel passa derrière les gardes et déboucha dans la cour. Aussitôt, un serviteur se pressa vers lui pour lui offrir une coupe de champagne qu’il accepta avec un hochement de tête méprisant. Il devait jouer la comédie et maîtriser le personnage de Monsieur de la Hautemarre à la perfection s’il ne voulait pas être démasqué. Le vrai de la Hautemarre serait pris pour un imposteur peut être encore pendant quelques heures au vu du monde qui se pressait aux grilles du château mais dès que le calme serait revenu et que de la Hautemarre pourrait prouver son identité, la couverture de Nathaniel tombera en lambeaux. Mais jusque-là, il devrait jour le rôle d’un jeune noble méprisant qui prenait ce procès abjecte comme un spectacle. Cet homme devait être un partisan de la loi anti-magie qui avait failli être créée à Mislia. Heureusement, le roi du vert royaume s’était interposé. La magie était un pilier fondamental du royaume, on ne pouvait tout simplement pas la supprimer. Plus tard, on avait découvert que c’était des envoyés du roi de Grimway qui avait tenté de faire voter cette loi. Ce roi détestait tant la magie qu’il voulait la voir disparaître dans tous les royaumes ! Nathaniel alla s’assoir sur un banc qu’on avait disposé à l’ombre et attendit patiemment l’ouverture de la salle du trône. 


Quelques minutes plus tard, des trompettes retentirent. Un héraut prit la parole :
    « Mesdames et messieurs, le procès du magicien est ouvert ! »
Alors, dans un bel ensemble, les invités se levèrent est passèrent dans la salle du trône. On l’avait aménagé comme une salle de tribunal. L’accusé se tenait debout, au milieu de la salle, l’air encore plus misérable au grand jour que dans sa petite cellule. Il semblait se recroqueviller sous les huées des spectateurs. Nathaniel ressentait sa peur et sa gêne comme si elles étaient siennes. Le juge, vêtu d’une robe pourpre, leva son marteau et l’abattit avec force pour demander le silence. 
    « Mesdames et messieurs, nous sommes aujourd’hui réunis pour juger cet être malfaisant et indigne, pour juger ce magicien. »
Dans sa bouche, le mot « magicien » sonnait comme la pire des insultes. A la mention de la nature du garçon, la foule frissonna de dégoût et de rage. 
    « Je tiens à saluer notre monarque, qui est présent aujourd’hui, ainsi qu’à nos princesses et notre prince. »
Le roi, dans sa tribune privée, salua d’un geste de la main la foule. Le prince à côté de lui s’inclina et les deux princesses firent un léger mouvement de la tête. Nathaniel les trouva pour le moins crispées. 
    « Que le témoin entre ! Que la vérité éclate au grand jour ! »
Aussitôt, un marchand arriva entouré de soldats. Le marchand s’avança jusqu’à la barre.
    « Votre Honneur, vos Majestés, mesdames et messieurs, je viens ici pour témoigner de la nature de cet être et vous raconter les circonstances de l’agression dont je fus la victime. »
Le ton geignard du marchand dégoûta Nathaniel. Ce petit garçon n’aurait pas pu lui faire grand mal, à peine nouer ses lacets entre eux pour le faire tomber. Il était un bien piètre comédien, mais il semblait convaincre le public qui eut un murmure compatissant. 
    « Voyez-vous, votre Honneur, continua le marchand, je vendais comme à mon habitude mes fruits et légumes sur le marché lorsque sous mes yeux étonnés, je vis une pomme de mon étalage s’élever devant moi. Aussitôt, je criai au secours. La pomme semblait suivre une trajectoire bien précise et sa vitesse n’était pas élevée, nous avons donc pu très facilement le suivre, les gardes et moi, jusqu’à une maison. Là, la pomme s’engouffra par la fenêtre. Nous sommes entrés et là, nous avons découvert ce garçon qui croquait mon fruit à pleine dent ! Le doute n’était plus permis. Ce garçon était un magicien coupé d’un voleur incompétent. Il mérite la sentence suprême ! 
    -Merci de votre témoignage, monsieur, déclara le juge. Maintenant, faites entrer les gardes témoins du vol. »
Le marchand s’inclina devant le juge et devant la tribune du roi et fit demi-tour, toujours escorté. Le garçon s’était encore plus recroquevillé sur lui-même lorsqu’il entendit les accusations. Les gardes entrèrent alors et s’installèrent à la barre.
    « Bienvenue messieurs. Vous pouvez parler.
    -Votre Honneur, vos Majestés, nous allons maintenant vous conter ce qu’il s’est passé. Nous étions comme à notre habitude en train de faire une ronde dans le bourg pour protéger les habitants lorsque ce marchand cria au voleur. Nous nous précipitâmes vers lui et nous avons eu le temps de voir une pomme disparaître au coin d’une rue, flottant sans appui visible. Nous l’avons alors suivie pour arriver à une maison où nous avons trouvé ce magicien en train de manger la pomme. Nous l’avons tout de suite arrêté et nous avons prévenu nos supérieurs qui ont déclenché la procédure qui vise à juger les magiciens. 
    -Merci messieurs. Vous êtes une fierté pour le peuple de Grimway qui a de si courageux soldats qui assure sa protection. Vous pouvez disposer. »
Les soldats sortirent sous les acclamations des spectateurs. Nathaniel avait écouté les témoignages sans broncher. De toutes évidences, ce garçon avait tenté de mettre à l’épreuve ses pouvoirs sans réfléchir aux conséquences de ses actes. Ecrasé par la faim, il avait sans doute voulu manger quelque chose de meilleur que les restes qu’il devait trouver dans la rue. Il avait donc jeté son dévolu sur ce marchand qui devait être un peu moins bête que le moyenne et qui l’avait surpris. Le juge demanda le silence :
    « Tout semble accuser ce garçon du crime d’être un magicien et d’avoir usé de ses pouvoirs à des fins néfastes. Mesdames et messieurs, vos Majestés, il est temps de rendre le verdict. Ce garçon est jugé coupable. Il sera brûlé aux premières lueurs de l’aube afin de purifier son âme tourmentée.»
La foule explosa dans des effusions de joie, les hommes jetèrent leur chapeau et les femmes s’étreignirent. Le garçon voulu ouvrir la bouche, comme pour parler, mais la referma aussitôt. Il fut entraîné dehors par quatre gardes armés. Nathaniel était resté immobile, médusé. Il savait que le garçon n’avait aucun espoir quant au procès, mais voir tous ces gens se réjouir d’avoir réussi à envoyer un petit garçon au bûcher, voilà qui le dépassait. Dégouté, il sortit de la salle à grand pas, se dirigeant vers la sortie, au milieu des gens qui criaient leur joie. Il traversa la cour et le pont levis, suivant le mouvement des spectateurs qui refluaient, satisfaits, et qui rentraient chez eux. Lorsqu’il passa le barrage des gardes qui filtraient toujours ceux qui rentraient dans le château, il vit le vrai de la Hautemarre s’expliquer avec les soldats. Nathaniel ne put s’empêcher de sourire lorsqu’ils chassèrent le jeune noble avec leurs épées. Mais la rage de l’injustice qui avait été commise aujourd’hui lui laissait un goût amer… Il devait tenter quelque chose pour sauver l’innocence et la pureté de cet enfant qui n’avait rien demandé à personne….  
▲ Royaume de Grimway
(c) AMIANTE



_________________
Le poète n'est pas celui qui dit Je n'y suis pour personne
Le poète dit J'y suis pour tout le monde
~Claude Roy~

La culture, c'est comme un parachute, quand on en a pas, on s'écrase !

On ne touche pas à la liberté d'expression !
~07/01/15~
~Je suis Charlie~

On ne possède pas un chat, c'est lui qui vous possède
~Françoise Giroud~

Un chat possède neuf vies. 
Pendant les trois premières, il joue, pendant les trois suivantes, il voyage, et pendant les trois dernières, il reste à la maison.
~Proverbe anglo-saxon~

Ne pas parler de poésie en écrasant des fleurs sauvages...
~Barbara~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gleamy4444.unblog.fr/
Messages : 211
Points par rp : 10897
avatar
Princesse de Grimway
Eleana de Grimway
MessageSujet: Re: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway Dim 22 Fév - 18:37


La Magie est interdite à Grimway
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  
Un doux rayon de soleil me sort de mon profond sommeil. Je m'étire longuement, encore sous mes draps et luttant contre mon envie de retourner dans mes rêves. Mais il faut bien se lever à un moment. Je repousse mes draps en me disant que je ferais mon lit plus tard et me dirige vers mon immense fenêtre donnant sur l’extérieur. Il fait un temps magnifique même si les températures sont basses. Je décide d'ouvrir les fenêtres pour aérer un peu ma chambre et profiter du beau temps. Mais je me rends compte que Grimay n'est pas aussi calme que d'habitude... Un brouhaha me parvient de Pyther, la ville au pied du château. C'est étrange, les alentours sont souvent calme, surtout à cette heure-ci ! Qu'est ce qu'y peut bien être la cause de cette agitation ?
Soudain, je me rappelle... Aujourd'hui est un jour extrêmement important, un jour qui n'aurait jamais dû arriver... Le procès. Je pousse un long soupire. Je ne veux pas y aller. Il est hors de question que je mette les pieds dans la salle du trône !
Mais je sais pertinemment que je suis obligée  et si je ne veux pas subir le même sort que le condamné, il est préférable que je me tienne à carreaux... enfin, juste le temps du procès, car après, j'ai bien l'intention de changer un peu le cours des choses... Mais nous n'en sommes pas encore là, malgré le fait que je connaisse déjà l'issue du procès, vu l'esprit borné de mon père, je me dois d'y assister.
Je me dirige vers mon immense armoire en bois en je me pose devant réfléchissant à comment je vais bien pouvoir m'habiller... Mon armoire est remplie de robes en tous genres, offertes par un peu tout le monde, des représentants diplomatiques, des grands couturiers... mais ma partie préférée ce résume à un petit tiroir, remplie des pantalons de cuir ou de toile, de chemises confortables ou de haut en cuirs ainsi que mes bottes en cuirs. Malheureusement, je ne vais pas pouvoir mettre cela aujourd'hui... je sors une robe très simple à manches courtes et d'un bleu assez pâle. Je déteste les robes à volants et imposantes. Je m'habille rapidement puis je me coiffe d'un simple coup de brosse. Je préfère laisser mes cheveux détachés. Je ne me maquille pas car je déteste ça, au grand désespoir du roi et de la gouvernant.
Je soupire de nouveaux. Il faut que j'y aille... Comment vais-je pouvoir regarder le procès de ce petit magicien alors que moi aussi j'en suis une ?
J'ouvre la porte et je vois que ma sœur jumelle est déjà prête, elle m'attend, un air de dégoût sur le visage. Nous ressentons la même chose.
Sans un mot nous sortons ensemble de la suite qui nous est réservé pour nous retrouver dans le couloir. Tout le château est en effervescence, les domestiques se bousculent dans les couloirs. Ils nous saluent par des révérences. Nous avons beau leur dire que ce n'est pas la peine, ils insistent chaque jour.

Nous descendons à l'étage inférieur et découvrons avec stupeur le nombre d'étranger présent au château ! Comme si tous les royaumes voulaient voir ce petit se faire décapiter... Mais sont ils venus ici pour dénoncer les actes barbares du roi ou pour les encourager ?
Allya et moi nous arrêtons devant la porte, je me penche à l'oreille de ma sœur :


– Je pense que nous devrions rester assez calme durant le procès, nous agirons après.

Elle acquiesce, la connaissant, il va être difficile pour elle de garder son calme. Je ne sais pas ce qu'elle fera.
Nous entrons dans la salle déjà bondée. Notre père est assis sur un immense trône d'or. À sa droite, sur un trône d'environ la même taille, se trouve notre frère, Peter, un garçon insupportable que nous détestons. Puis à la gauche du trône, il y en a deux plus petits... les nôtres..
Nous nous installons sans un sourire sous les regards des invités.

Au milieu de la salle du trône se tient le petit accusé. Je me mord les lèvres en le voyant, il est si jeune et semble si misérable. Je tente de me remémorer si je l'ai déjà vu lors de mes petites escapades en ville, mais son visage ne me dit rien.

 - Mesdames et messieurs, nous sommes aujourd’hui réunis pour juger cet être malfaisant et indigne, pour juger ce magicien. 

Je dois rester calme... Je dois rester calme.

- Que le témoin entre ! Que la vérité éclate au grand jour !  

Un marchand entre dans la salle. Je le connais, c'est un homme cupide mais surtout très stupide qui vend ses légumes et ses fruits sur le marché. Je ne lui ai jamais rien acheté et le voir ici me confirme son état d'esprit... Il raconte comment il a surpris le petit garçon en train d'user de sa magie pour voler une pomme.
J'ai envie de me lever, de l'égorger de mes propres mains ! Il n'aurait pas pu le laisser tranquille, c’était juste une pomme ! Cela ne lui aurait rien coûté !
Les témoins continus de défiler et c'est maintenant au tour des soldats faisant leur patrouille à ce moment là. Dès que le procès sera terminé, il faut que je me débrouille pour faire renvoyer ces deux crétins au plus vite, ou alors m'arranger pour qu'ils tombent des remparts ! Je sais que notre château regorge de personnes comme eux, mais deux de moins cela ne fera de mal à personne.

- Merci messieurs. Vous êtes une fierté pour le peuple de Grimway qui a de si courageux soldats qui assure sa protection. Vous pouvez disposer.

Toute la foule applaudie, exprimant sa joie et leur insatisfaction de posséder des soldats aussi peu compatissant avec leur population... Je reste impassible, les yeux fixés sur le petit garçon. Comment vais je faire pour pouvoir le sauver ? Car il est hors de question qu'il se fasse tuer ! En tant que magicienne, je ne pourrais jamais me le pardonner !
Le juge continue son discours :

- Tout semble accuser ce garçon du crime d’être un magicien et d’avoir usé de ses pouvoirs à des fins néfastes. Mesdames et messieurs, vos Majestés, il est temps de rendre le verdict. Ce garçon est jugé coupable. Il sera brûlé aux premières lueurs de l’aube afin de purifier son âme tourmentée

Les invités expriment leur joie de voir un pauvre garçon mourir. Des cris de joie, des applaudissements... Allya et moi ne bougeons pas.

– Applaudissez !

La voix de notre père résonne dans mes oreille. Il s'adresse à nous. Je me retourne vivement et m'exclame en même temps que ma sœur :

– Non.

Je sens la colère dans ses yeux mais il ne répond pas. Il préfère ne pas attirer l'attention devant autant de gens important. Mais je sais que nous allons passer un mauvais quart d'heure avec ma sœur...


▲ Royaume de Grimway
(c) AMIANTE



_________________
Leur arme est la destruction
La notre est la création
Liberté d'expression

Je suis Charlie.

Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu'endormis.
Edgar Allan Poe


Manier l'épée répond à des règles, bien sûr, mais pas seulement [...]. C'est comme une recette de cuisine, si tu préfères. Sauf que les couteaux servent à découper une autre viande.
Extrait du livre "Le livre de Saskia" de Marie Pavlenko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 197
Points par rp : 11690
avatar
Magicienne Argent
Allya de Grimway
MessageSujet: Re: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway Dim 22 Fév - 19:19


La Magie est interdite à Grimway
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  
Je me réveille, les rayons du soleil filtrant à travers les rideaux qui se soulèvent au rythme du vent. Je me lève ensuite, les bras engourdis par les entraînements de la veille, des entraînements ardus de maintien et de bonne allure dirigés par ma très chère Gouvernante Ariane. Je n'ai pas pu y échapper cette fois-ci, c'était pour me préparer à aujourd'hui. Au procès du petit garçon accusé de sorcellerie. Ce sera un long procès interminable et injuste, où la tyrannie et la terreur y régnera comme toujours. Ce pauvre enfant, de par sa nature que par ses actes, sera sûrement jugé coupable et passable du crime capital. Cette loi, jugeant des personnes à cause de leurs pouvoirs me révolte. Comment les villageois peuvent-ils se regarder en face, yeux plongés face à leur miroir, reflétant leur identité de lâches et de faibles, après avoir condamné un innocent? C'est impossible de ne pas ressentir une once de culpabilité au fond de soi-même. Et ils le savent, pourtant ils continuent. Indéniablement. Et ma sœur et moi, impuissantes à la situation devons accepter la dictature de notre père sans froncer les sourcils ni émettre le moindre son de désaccord. Tout simplement parce que nous sommes des femmes, les filles d'un roi aveuglé par un pouvoir ardent le consumant de l'intérieur jour et nuit sans relâche. S’il croit qu'on va le laisser faire. Un ricanement narquois s'échappe de mes lèvres et je me frotte les paupières. La nuit a été courte, mais cette journée sera je pense bien plus longue. J’entrouvre mon armoire en soupirant longuement puis saisis la première robe assez correcte que mets, une grimace figée sur mon visage endormi. Pourquoi ne puis-je pas m'habiller comme je le souhaite lors des grandes occasions? Les regards indignés et les messes basses ne m'importent guère lorsque je porte des habits confortables comme je les aime. Mais le fait d'être une princesse m'interdit de vêtir chemises et pantalons. La robe que je porte est rouge, elle contraste avec ma peau foncée et mes yeux marron. Elle est longue, et s'affine au niveau de la taille avant de descendre et de s'entrouvrir au niveau du genou, reflétant mes jambes lisses, fines et gracieuses. Elle se termine loin derrière moi et fait l'effet d'une traîne à l'arrière. Mon décolleté est plongeant mais s'arrête avant ma poitrine. De fins tissus en or la décorent assez simplement. C'est un vêtement raffiné et élégant fait avec des matériaux nobles et de la soie. Ce que je déteste finalement. Passer pour une riche prétentieuse qui n'en a que faire du peuple, ce n'est pas ce que je préfère. Je peigne ma chevelure brune et la laisse détachée, retomber sur mes épaules et descendre dans mon dos dans de boucles plus ou moins bien proportionnées. Alors que je suis enfin prête, j'entends la porte de ma chambre s'ouvrir dans un grincement familier et j'aperçois ma sœur. Elle a la même moue dégoutée que moi sur le visage. Nous ressentons la même chose car cela aurait pu être nous à la place du petit garçon. L’injustice est tellement présente au royaume de Grimway, surtout dans sa capitale : Pyther.

– Je pense que nous devrions rester assez calmes durant le procès, nous agirons après.

J’acquiesce, mes pensées perdues dans une brise de révolte. Je ne sais pas encore ce que je vais faire durant ce procès, peut être rien, ou alors je vais peut être agir et clamer haut et fort mes opinions. Je suis très impulsive. Trop sans doute. Mais aucun cas je ne souhaite être comme mon père. Je serre les dents et jette un regard en arrière avant de descendre les marches menant à la salle du trône. En voyant le peuple en colère contre le petit garçon, je décide de marcher sur les pieds de quelques uns. C’est puéril mais ça me fait du bien.  Nous entrons dans la salle déjà bondée. Notre père est assis sur un immense trône d'or. À sa droite, sur un trône d'environ la même taille, se trouve notre frère, Peter, un garçon insupportable que nous détestons. Puis à la gauche du trône, il y en a deux plus petits... les nôtres..
Nous nous installons sans un sourire sous les regards des invités.
Au milieu de la salle du trône se tient le petit accusé, il est si jeune et semble si misérable. Je n’ai qu’un envie et c’est de le prendre dans mes bras, de le rassurer et de lui dire que tout va bien se passer. Mais c’est totalement faux, si ça se trouve, demain à cette heure il sera déjà décapité ou pire. J’en ai la nausée. Mais je ne laisserais pas cela arrivé non. Je lui souris, comme une promesse de liberté.

- Mesdames et messieurs, nous sommes aujourd’hui réunis pour juger cet être malfaisant et indigne, pour juger ce magicien.

Je n’ai qu’une envie et c’est d’hurler, mais je me retiens. Je sens ma sœur jumelle, aussi crispée que moi. Et dire que ce n’est que le début.

- Que le témoin entre ! Que la vérité éclate au grand jour !  

Dans mon esprit j’éclate de rire. La vérité est qu’ils sont tous terrifiés d’un petit être haut comme trois pommes qui n’a pas fait de mal à une mouche. Soudain, les portes s’ouvrent sur un Marchand. Je le connais et sa réputation n’est pas des meilleures, plutôt l’inverse d’ailleurs. Il raconte comment il a surpris le petit garçon en train d'user de sa magie pour voler une pomme. Je hausse un sourcil et l’aperçois recevoir une bourse d’or de la part de mon père. Si seulement je pouvais me battre en duel contre lui ! Le voir désemparé, voilà ce que j’aimerais à cet instant précis. Mais je ne peux pas. Je dois rester là, assise sur mon siège d'une taille ridicule et me taire comme toujours.

- Merci messieurs. Vous êtes une fierté pour le peuple de Grimway qui a de si courageux soldats qui assure sa protection. Vous pouvez disposer.

Je manque de m'étrangler. C'est vraiment le juge qui vient de dire ces phrases? Et mon père qui hoche la tête. Le roi. A la place je n'aperçois qu'un étranger sans cœur ni loi a part celle que dicte son orgueil et sa lâcheté. Il n'a pas le droit. Il n'a aucun droit. La conscience ne doit pas être présente dans son esprit, il a du l'abandonner à la naissance. Comme il l'a fait avec nous, d'un point de vue moral. Je veux me lever et le gifler de mes propres mains, sentir ma paume contre sa joue et qu'elle rougisse, qu'on remarque la trace qu'elle laisse et qu'enfin il ait ce qu'il mérite.

- Tout semble accuser ce garçon du crime d’être un magicien et d’avoir usé de ses pouvoirs à des fins néfastes. Mesdames et messieurs, vos Majestés, il est temps de rendre le verdict. Ce garçon est jugé coupable. Il sera brûlé aux premières lueurs de l’aube afin de purifier son âme tourmentée

Non, ce n'est pas possible. Je me pince, non! Il ne sera pas brûlé demain, il sera toujours en vie, en sécurité! Que la justice soit faite et non pas la dictature! Mais à la place je n'entends que les grands cris de joie du peuple, il hurle comme si on l'avait libéré d'un poids énorme. Une voix qui me paraît étrangère me rappelle ensuite à l'ordre:

- Applaudissez!

Je hausse les sourcils d'un air méprisant et je réponds alors en coeur avec ma soeur:

- Non.

Notre refus ne le rend pas de bonne humeur. Cela me fait plaisir. Je sens que nous allons passer un sale quart d'heure avec ma jumelle. Mais je n'éprouve rien. Aucune peur, aucune crainte car je me fiche de ses opinions, de ses punitions. Rien ne peut arrêter un oiseau qui déploie ses ailes, prêt à s'envoler pour rejoindre sa liberté perdue, débarrassé des chaines que la société a créé. Le spectacle a commencé. Je regarde ma sœur. Ce petit garçon, c'est nous. Même nature, mêmes liens. On est pas jumelle pour rien.


▲ Royaume de Grimway
(c) AMIANTE



_________________

Pikachu ♥:
 


Dernière édition par Allya de Grimway le Mer 25 Fév - 23:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-cinq-royaumes.forumactif.org
Messages : 50
Points par rp : 10282
avatar
Trafiquants
Arwen Diaëlkyl
MessageSujet: Re: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway Mer 25 Fév - 15:57


La Magie est interdite à Grimway
(prévert) ▽ Et je suis là près d'eux, vivant encore un peu, tuant le temps de mon mal, tuant le temps de mon mieux.  

Le voyage a été long et épuisant, je saute de la charrette et dépose quelques pièces dans la main du marchand. Je n'ai même pas la force de négocier.
Je regarde autour de moi et découvre l'immensité de cette ville. Les gens se bousculent dans les ruelles, ils crient, s'interpellent. Les odeurs m'envahissent, le pain chaud, la forge, la saleté des rues, un marchand de poisson, le bois des maisons.
Je sens que je ne suis pas à ma place ici, je suis une fille solitaire, une fille des sables. Je ne peux pas vivre avec autant de monde autour de moi, j'ai l'impression d'étouffer. Lorsque je me rends à Esshar, la capitale de Clepsyr, je n'ai pas la même impression. La ville à beau être bien moins sûre qu'ici, les habitants sont plus discret, et les bâtiments moins serrés. C'est la première fois que je me rends à Pyther, en tant normal, mon père préfère effectuer lui même les missions à l'extérieur du royaume car il ne veux pas que j'entreprenne d'aussi longs voyages. Mais cette fois ci, il avait une affaire très importante à régler à Clepsyr et m'a laissé y aller. Pour être franche, je m'en serais bien passée. Je n'ai aucune affection particulière pour le royaume de Grimway, malgré qu'il soi très beau.
J'avance entre les maisons à colombages, les passants me regarde de travers. Il est vrai que mes vêtements ne sont pas courants dans ce royaume ! Je porte un pantalon de cuir, une tunique courte en tissu sombre et mes bottes sont en peau de chameau. Ma peau blanche est devenue sombre à force de rester au soleil. Je serre mon sac contre moi, si je perds les poisons que je dois livrer, cela ne servira à rien que je rentre chez moi car mon père ne me le pardonnera jamais.
Plus je me rapproche de la place principale, plus je remarque une effervescence telle qu'elle ne me paraît pas habituelle. Je ne connais pas cette ville mais je sens qu'il se passe quelque chose d'important aujourd'hui.... Je traverse le marché de la place principale et je me dirige vers le vers le Sud. La maison que je cherche devrait se trouver en bordure de la ville...
Après quelques minutes de marche, je croise un panneau indiquant : « Château de Grimway ».
Je lève la tête et aperçois, au delà des toits, un immense châteaux aux tourelles resplendissantes. Je connais ce château de réputation. À Clepsyr, on dit que c'est le plus beau château des cinq royaumes.
Il faut que j'aille voir à quoi il ressemble.
Je me détourne donc de mon chemin pour prendre la direction du château. Je déteste les nobles plus que tout mais j'aime aussi les découvertes... Alors que j'approche, je me rends compte qu'il y a de plus en plus de monde. Des gens de tous les horizons se bousculent pour accéder au château.
Il se passe forcement quelque chose.
Je me faufile à travers la foule, serrant toujours mon sac de toile contre moi et vérifiant sans cesse l'emplacement de mes armes.
Lorsque j'arrive enfin devant le château, je ne peux m’empêcher de m’arrêter pour l'admirer. Je n'ai jamais vu un bâtiment aussi imposant, aussi élégant, aussi majestueux que celui ci. Tout est si différent de Clepsyr ! Plus je le contemple, plus je ne peux m’empêcher de penser à une chose :
Je veux rentrer et voir l'intérieur de ce lieu.
J'ai toujours vécu dans une petite tente, au milieu du désert, les seules fois où je peux dormir dans un lit, c'est à Clepsyr, dans une maison délabrée.
Il faut que je sache comment sont les intérieurs du château !
Une grande file de personne attend devant l'entrée principale des remparts. J'ai peut être une chance de rentrer !
Je me rends derrière la dernière personne de la file, puis j’attends patiemment, essayant d’imaginer ce que je vais pouvoir découvrir ! Mais alors que j'approche de l'entrée, je réalise que les gardes vérifie des laissez-passez. Comment ais je pu être aussi naïve ! On ne rentre pas dans un château comme cela ! Je m’apprête à renoncer lorsqu'une idée me traverse l'esprit.
Je suis petite.
Les gardes sont occupés par l’affluence de personne.
J'ai une chance.
Je sors discrètement de la file pour me poster contre les remparts, près de l'entrée.
Soudain, les gardes remarque une personne sans laissez-passez.
Ils sont occupés. Je me faufile derrière un soldat et parviens à rentrer ! Je n'en reviens pas, comment ais je pu rentrer aussi facilement ? Je décide d’arrêter de me poser des questions et de faire comme si de rien n'était pour éviter d'attirer l'attention. Le château est encore plus impressionnant de près ! Je m'apprête à passer la porte principale, lorsqu'un soldat m'arrête ainsi que plusieurs personnes autour de moi.


– Le procès se déroulera dans la salle du trône. Veuillez patienter dans la cour principale.

Un procès ? Je me mords la lèvre inférieure, ce n'était peut être pas le bon moment pour venir ! Mais, maintenant que je suis ici il va être difficile de sortir, alors il vaut mieux que je reste !
La cour est splendide, à l'image du château, les domestiques se bousculent pour amener de la nourriture aux arrivants. Je ne pourrais jamais mener une vie ici, où l'on se sert des autres pour s'occuper de nous, où l'on ne fait aucun effort ! J'ai envie de découvrir l'intérieur mais je sens qu'il vaut mieux que j'attende ce fameux « procès ».

– Mesdames et messieurs, le procès du magicien est ouvert !    


Les invités se dirigent vers la fameuse salle du trône et je suis le mouvement d'ensemble.
Les murs de la salle du trône sont de marbre blanc, d'immenses piliers ornés d'or parcourent la pièce. Au fond, j'aperçois le trône... Et le roi ! Jamais je n'aurais imaginé voir le roi de Grimway ! Un homme si redouté et respecté à travers les cinq royaumes!Je me place vers le premier rang, mais pas devant pour ne pas me faire remarquer.
Deux jeunes filles, vêtues de magnifiques robes entrent à la gauche du Roi et s'assoient sur deux plus petits trônes. Ce sont sûrement les princesses de Grimway ! Ces filles ne doivent savoir que s'habiller et se faire de jolies coiffures ! Je ne peux m’empêcher de sourire, ces gens là sont si faibles !
Au centre de la salle, se tient un jeune garçon, plus jeune que moi je pense. Ses mains sont menottées et il est entouré de gardes. Il semble misérable et malheureux. Qu'à t-il bien pu faire pour se retrouver là ?

– Mesdames et messieurs, nous sommes aujourd’hui réunis pour juger cet être malfaisant et indigne, pour juger ce magicien.  

Ce jeune garçon est donc un magicien. Je sais que la magie est strictement interdite à Grimway, et beaucoup de magicien de ce royaume migrent vers d'autres contrés pour être en sécurité. Comment peut on rejeté de personnes nés avec des pouvoirs magiques ? Ils ont été plus chanceux que nous à la naissance, c'est tout ! Personne ne peut leur en vouloir !

– Que le témoin entre ! Que la vérité éclate au grand jour !   

Un marchand entre entouré de plusieurs garde. Il a un air sournois, c'est un homme d'affaire qui ne pense qu'à l'argent. Le genre de personne avec qui il est difficile de négocier et qui vous considère comme un moins que rien. Je sais décrypter le visage des gens, leurs gestes, leurs expressions, à force de devoir marchander avec eux.
Le marchand raconte que le petit garçon avait volé une pomme en usant de la magie ! Je serre les poings. À Clepsyr, jamais personne ne vous ferez juger pour avoir voler... une pomme ! Des orphelins qui souhaitent manger, il y en a pleins la ville ! Comment un marchand peut être aussi cruel pour dénoncer un si jeune garçon !
Les deuxième témoins entrent, il s'agit de soldats ayant assisté à la scène. Si ces hommes se disent protecteurs de la population, pourquoi enfermer quelqu'un pour avoir user de ses pouvoirs ? Je pense à mes poisons mortels dans mon sac. Une goutte dans leurs verres et ces gens meurent instantanément. Ils ne méritent que cela.

– Merci messieurs. Vous êtes une fierté pour le peuple de Grimway qui a de si courageux soldats qui assure sa protection. Vous pouvez disposer.  

À ces paroles, un juron sort de ma bouche sans que j'y prête attention. Les gens autour de moi se retournent brusquement et me fixent. Je fais comme si de rien était, mais je me retient pour ne pas leur planter mon poignard dans le torse...
Les témoins quittèrent le devant de la salle sous les cris de joie des invités. Je déteste de plus en plus ce royaume...

– Tout semble accuser ce garçon du crime d’être un magicien et d’avoir usé de ses pouvoirs à des fins néfastes. Mesdames et messieurs, vos Majestés, il est temps de rendre le verdict. Ce garçon est jugé coupable. Il sera brûlé aux premières lueurs de l’aube afin de purifier son âme tourmentée.  

Je reste impassible mais jamais je n'ai ressentit un tel sentiment d'envie de vengeance. Ce garçon ne devrait même pas se trouver ici. Même si j'ai déjà tué plusieurs personnes de mes propres mains, je ne l'ai jamais fait par amour du sang. Je tue lorsque je suis obligée... Ces Hommes vont exécuter un innocent !!!!!
Je ne peux pas le laisser entre les mains de ce roi sanguinaire, il faut que je trouve une solution. J'ai toujours réussi à m'en tirer dans les situations les plus improbable, pourquoi ne pourrais-je pas réussir à sauver ce garçon ? Mon père n'accepte aucun retard, mais cette fois ci, je pense que c'est le moment pour moi d'accomplir au moins une bonne action.

▲ Royaume de Grimway
(c) AMIANTE



_________________
Leur arme est la destruction
La notre est la création
Liberté d'expression

Je suis Charlie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 43
Points par rp : 10241
avatar
Magicien
Phoenix J. Jones
MessageSujet: Re: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway Sam 14 Mar - 21:05

[EVENT CLOS]


- Je n'ai pas pu faire jouer Phoenix par manque de temps malheureusement mais je compte bien sur le fait qu'il soit présent dans la deuxième partie qui n'est pas moins que le sauvetage du petit garçon!
- Merci à tous pour votre participation et votre bonne volonté!
- Quel niveau de Rp's!
- En espérant que vous serez aussi assidus pour la deuxième partie ♥️

Oh j'oubliais...ECLATEZ VOUS Very Happy p c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway

Revenir en haut Aller en bas

[EVENT ouvert] La Magie est interdite à Grimway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fête de la musique [EVENT] (Ouvert à tous)
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 5 royaumes :: Le royaume de Grimway :: Le château de Grimway :: La salle du Trône-